Nature et société...

Etre sensible à la beauté de la nature et se plaire à son contact, c'est aussi être amené à faire des constats, si tristes ou si réalistes qu'ils soient.

Le grand drame de notre époque aura été de voir la nature et ses habitants devenir les boucs émissaires de notre société productiviste : héritage direct du capitalisme inventé par les hommes pour régir nos sociétés, ce système basé sur la production de biens en échange de salaires ou de revenus, en vue de consommer et de favoriser des échanges de valeurs (monnaies, or, diamants,etc...), sera finalement notre calvaire. Car il ne peut survivre que si une croissance d'activité économique, proportionnelle à l'accroissement d'une population d'une zone donnée, perdure ! Or, une croissance infinie dans un espace naturel confiné cela n'est pas possible ! Et c'est autant valable pour l'espace disponible, que pour le volume des ressources naturelles et des matières premières.

En attendant d'admettre qu'il faut absolument trouver une autre solution pour faire vivre ensemble des milliards d'individus confinés sur une planète, on va assister à tout un déballage de prétextes plus ou moins réalistes, pour ne rien changer à un système essouflé, qui finira au bout du compte par ne plus convenir qu'à une richissime minorité : c'est la lutte "du pot de vert", contre"le pot de fric" !

Chaque catégorie de producteurs, chaque corporation professionnelle, chaque représentation politique, va ainsi chercher des coupables aux maux qu'elle doit affronter. Dans cette quête permanente de profits et de croissance, la nature et ses habitants ne sont que des gêneurs dont on peut aisément se débarasser, ce qui n'est évidemment pas le cas des profiteurs de notre système, retranchés derrière la menace brandie de récession économique, et à qui tout le monde fait des risettes et des concessions.

Le rythme du monde naturel semble insensible à ce genre de réflexion : ainsi, au sein du règne animal, le cerf élaphe se contente d'assumer le rôle que lui a confié l'évolution, qui consiste à survivre coûte que coûte pour se reproduire et ainsi perpétuer son espèce.

Sommes nous réellement si différents de lui ?

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site